Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[La Lettre du Musicien] Disparition du festival Ombres et Lumières de Clairvaux : tribunes d’Anne-Marie Sallé, directrice artistique du Festival, et de Philippe Hersant, compositeur en résidence

Extraits :

« Par l’excellence de son niveau artistique, son ouverture à la création contemporaine et sa politique de commande, l’accueil de jeunes talents, ses actions en milieu carcéral et en milieu scolaire, le festival a ainsi largement prouvé durant 13 années son exemplarité au regard de  tous les critères requis. Ce qui lui a permis, outre les subventions institutionnelles,  de recevoir le soutien d’importants mécénats, entre autres Fondation Orange, SACEM, Fondation de France, Fondation Banque Populaire et une reconnaissance de sa valeur par la presse et les media nationaux ainsi que par les instances spécialisées. [...]

Or en 2017, bien que m’étant pliée à toutes les demandes des services déconcentrés, notamment par la création en 2016 d’une association autonome pour le festival, et malgré l’achèvement d’importants et remarquables travaux de restauration financés par l’État, la Région et le Département et portant principalement sur les grandes salles de l’abbaye où se tenait le festival, désormais vides de tout projet artistique, la DRAC n’a pas jugé nécessaire d’accorder à l’association les subventions nécessaires à la tenue du  festival et de ses actions en milieu carcéral, leur assignant ainsi un arrêt de mort dont la seule justification apportée depuis a  été le silence et dont j’avoue ne comprendre ni la cohérence, ni la finalité.  »

– Anne-Marie Sallé

« Dans cet univers d’enfermement, où les jours, tous identiques, s’étirent interminablement, j’ai pu mesurer combien ces ateliers d’écriture avaient, pour les détenus, une importance capitale. À l’homme privé de la liberté d’aller et venir, il ne reste parfois que les mots, la possibilité d’écrire, d’exprimer son humanité. Ainsi les prisonniers réussissent-ils à ouvrir un espace de liberté entre les murs de leur cellule. Pour cette raison, aucun des textes écrits par ces hommes ne m’a laissé indifférent. »

– Philippe Hersant

This entry was posted in La Lettre du Musicien.

Comments are closed.