Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Ensemble intercontemporain] Newsletter # Mai 18 

L’instant M. 

En mai l’EIC s’aventure dans les nouveaux territoires de la création avec Dronocracy, un nouveau projet transdisciplinaire dont nous parle Matthias Pintscher dans son instant M. 
Présenté le 29 mai prochain à la Comédie de Reims, Dronocracy de Laurent Durupt est une véritable aventure transdisciplinaire née sous les meilleurs auspices. Nous avons en effet voulu offrir à l’équipe les conditions les plus propices à leur recherche artistique. Ce qu’on pourrait appeler un « laboratoire de création », ouvert à toutes les expériences, sans que s’exerce sur le créateur les contraintes habituelles. Laurent Durupt et toute l’équipe ont par exemple bénéficié de plus de temps que d’habitude pour ce type de projets.  Outre l’expérience que cela suppose, j’aimerais souligner combien ce genre de création sollicite la versatilité du talent de nos solistes : ce ne sont pas seulement des musiciens exceptionnels, ce sont de véritables « performers ». À l’heure où l’on va vers toujours plus d’hybridation entre les arts de la scène, nos rangs s’enrichissent d’une nouvelle génération d’artistes qui aspirent à aller toujours plus loin, au-delà du musical. Lire la suite sur notre webmag. 


Photo : Matthias Pintscher © Franck Ferville


Hèctor Parra est sans doute l’un des compositeurs qui s’intéresse le plus à la science, et plus particulièrement à l’astrophysique. Après la théorie des cordes dans Hypermusic Prologue (2008), la courbure de l’univers dans Stress Tensor (2009) ou encore les « trous noirs » dans Caressant l’horizon (2011), le voici qui s’intéresse aujourd’hui, avec Inscape, aux « mirages visuels » provoqués par les forces gravitationnelles qui « plient » l’univers. S’inspirant des théories de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet, il transpose les forces de la nature à la musique, en utilisant l’électronique en temps réel comme « lentille déformante ». Une expérience dont le compositeur promet qu’elle sera « comme l’exploration et la traversée d’un trou noir ». Ce sont d’autres cieux qui ont inspiré Gustav Mahler pour le mouvement final, Das himmlische Leben (la vie céleste), de sa quatrième symphonie. La soprano y chante la paix retrouvée loin des tumultes du monde terrestre.  
Samedi 19 mai, 19h et Dimanche 20 mai à 11h, Auditori de Barcelone

Illustration : esquisse de travail d’Inscape d’ Hèctor Parra

Cela faisait bien longtemps que l’EIC ne s’était pas produit en Russie. Pour ce concert de musique de chambre dans l’écrin du plus célèbre des théâtres de Saint-Pétersbourg, les solistes présentent un programme d’une exceptionnelle variété, d’Improvisé – pour le Dr. K. de Pierre Boulez à We Met as Sparks de Franck Bedrossian, qui emprunte sans le citer à l’univers poétique d’Emily Dickinson, faisant « écrire avec l’archet » son poème 958.
Quant à Dmitri Kourliandski (photo ci-dessus) et Mehdi Hosseini, les deux « régionaux de l’étape », ils viennent souligner par leurs présences le rayonnement de la scène musicale contemporaine russe : le premier, Moscovite de naissance et membre fondateur du groupe StRes (Résistance Structurelle), est un habitué des scènes européennes, tandis que le second, de nationalité iranienne, s’est formé et a fait toute sa carrière à Saint-Pétersbourg. Ce qui ne l’empêche pas de tirer une grande partie de son inspiration des éléments fondamentaux des diverses traditions musicales iraniennes…
Lundi 21 mai, 19h au Théâtre Mariinsky
 
À lire sur notre webmag un entretien avec Franck Bedrossian  
  
Photo : Dimitri Kourliandski © Elisabeth Schneider
S’inspirant de l’essai La Théorie du drone de Grégoire Chamayou, Dronocracy de Laurent Durupt interroge les usages parfois inquiétants que le drone, ce nouvel objet volant, a engendrés dans les domaines militaire et de la surveillance. Mais ce n’est pas tout puisque le compositeur s’intéresse aussi aux effets d’un autre drone, musical celui-là. C’est l’autre versant de Dronocracy, la « musique drone » : ces compositions tissées de bourdons sonores (« drones » en anglais), sons continus et autres notes répétés avec obstination, qui altèrent peu à peu le rapport de l’auditeur au temps, le plongeant dans une sorte d’hypnose. 
Mardi 29 mai, 20h30 à la Comédie de Reims

À lire sur notre webmag un entretien avec Laurent Durupt

Photo : Dronocracy, séance de travail à la Comédie de Reims © Quentin Chevrier

Le troisième épisode d’« En mode », nouvelle série pour s’initier à l’univers musical contemporain, nous emmène dans le fabuleux monde aquatique du compositeur américain George Crumb…    

    


Ensemble intercontemporain – 223 Avenue Jean Jaurès – 75019 Paris

This entry was posted in Ensemble intercontemporain.

Comments are closed.