Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Instants chavirés] Terrie Ex, Kaja Draksler, Defuse, Alice Kemp… Cette semaine aux Instants Chavirés



Les Instants Chavirés
Bonjour

C’est parti pour un mois de juin particulièrement riche en propositions.. on se retrouve dès mercredi pour une première soirée assez exceptionnelle !

Les détails ci-dessous >

mercredi 6 juin / 20h30
> 15 – 13 – 11 euros
Terrie Ex & Kaja Draksler
Defuse (Xavier Charles, Roger Turner & Thomas Lehn)
> Préventes en ligne

jeudi 7 juin / 20h30
> 13 – 11 – 9 euros
La Fabrique Des Arts Sonores (Labex Arts-H2H) et les Instants Chavirés présentent dans le cadre du colloque « Spectres de l’audible »
Alice Kemp
Valentina Vuksic
> Préventes en ligne

samedi 9 juin / 20h00
> 10 euros tarif unique sur place
Chanson Française Dégénérée présente
Un concert 100% Bleu-Blanc-Merde
Hamlet Machine
(Pièce de Heiner Müller sonorisée par Damien Schultz & Carbon Sink)
Charlene Darling
Droit Divin
Âmes Sanglantes

À S U I V R E
-
lundi 11 juin / 20h30
> 15 – 13 – 11 euros
The dead C
Daniel Higgs
> Préventes en ligne (fortement conseillé)
> Réservation abonné.és (indispensable) par retour de mail SVP.

mardi 12 juin / 20h30
> 13 – 11 – 9 euros
Daunik Lazro, Jean-François Pauvros & Edward Perraud (trio)
Augustin Bette (solo)
> Préventes en ligne

jeudi 14 juin / 20h00
> 12 – 10 euros sur place
Ferns Recordings présente
Troum
Maninkari
Flint Glass

vendredi 15 juin / 20h30
> 15 – 13 – 11 euros
Andy Moor & Anne-James Chaton
Midget!
> Préventes en ligne

mardi 19 juin / 20h00
> entrée libre
QUASI#6
Sophie Agnel & Sig Valax
Vincent Loiret
Andy Armstrong & Dudi Malka
Jason Glasser

/ HORS LES MURS /
mardi 26 juin / 20h00
> entrée libre à La Marbrerie (Montreuil)
Ensemble Electron

mercredi 27 juin / 20h00
> 8 euros tarif unique
Arrache Toi Un Oeil ! présente
Deaf Kids
Noyades
Bracco

jeudi 28 juin / 20h30
> 13 – 11 – 9 euros
Golden Oriole
Antoine Chessex
Brutal Blues
> Préventes en ligne

R I E N À V O I R
-
Programmation vidéo avant les concerts.
C’est Capucine Vever qui, en parallèle de son exposition à la brasserie invite Salma Cheddadi à présenter son travail de vidéaste, elle propose dans le cadre de RIEN À VOIR un triptyque intitulé le Printemps Sauvage et Hot cows, un film court qui fera office d’interlude tous les soirs de diffusion.
A découvrir jusqu’au 28 juin 2018

E X P O S I T I O N
-
Du mercredi au dimanche de 15h00 à 19h00 en entrée libre
Capucine Vever
« Une terre qu‘on ne voit jamais au même
endroit, de jour comme de nuit »

Espace d’exposition des Instants Chavirés
2 rue Emile Zola,93100 Montreuil

A T E L I E R
-
WEEK-END III.4 – Xavier Charles

Et toujours >
– Adhérer à notre association et/ou s’abonner et bénéficier de tarifs réduits !
Renseignements par ici >
www.instantschavires.com/adhesion-abonnement/

– Vous pouvez louer la salle des Instants Chavirés pour vos répétitions.
À partir de 10 euros de l’heure.
Renseignements et réservation auprès de JF.
jf@instantschavires.com ou 01 42 87 25 91.

– - – -
Merci et à très bientôt

– - – -
Toute la programmation détaillée ci-dessous et à découvrir sur >
www.instantschavires.com/

MUSIQUE/CONCERTS

mercredi 06 juin 2018

TERRIE EX & KAJA DRAKSLER
DEFUSE
(XAVIER CHARLES, ROGER TURNER &
THOMAS LEHN)

TERRIE EX & KAJA DRAKSLER


© Sara Anke


© Jože Požrl

Une rencontre forcément vivifiante et complice, entre la jeune pianiste Kaja Draksler et Terrie Ex, le guitariste le plus jubilatoire de l’histoire du post punk !

Encore rare en France, la pianiste slovène Kaja Draksler est d’ores et déjà considérée comme l’étoile montante du nouveau jazz créatif et autres musiques improvisées européennes.
Installée à Amsterdam, elle travaille principalement son octet (Kaja Draksler Octet sur le label Clean Feed) et développe son duo avec la trompettiste Susana Santos Silva. Un disque en duo avec Eve Risser est également sorti suite à des concerts au Ljubljana Jazz Festival.
Dans l’esprit de la free music hollandaise, elle creuse l’idée d’effacer les frontières musicales, stylistiques et historiques.
Elle est tout juste lauréate du The Paul Acket Award.

Ce qu’elle dit d’elle même, en toute simplicité, sur la page d’ouverture de son site :
« I was born in a small village in Slovenia and grew up in the countryside. My father is a train driver, my mother is an accountant. I have a younger brother who became an engineer. At the age of 18 I moved to The Netherlands for music, the idea won over my plans to study Latin and old Greek. A few years later, I was immersed into the rich world of Amsterdam’s improvised music scene, which complemented my studies of classical composition in a great way. I spend my days with the piano, practicing and composing music, reading books, visiting friends, sitting at the airports and in the trains, and performing; mainly in Europe. I love the human voice, therefore I’ve always had singers in the groups I led. At the moment my main project is my octet, for which I am writing music on the poetry of Robert Frost. »

Spectateurs réguliers des Instants Chavirés et au-delà, on ne vous présente plus Terrie Hessels, plus connu sour le nom de Terrie Ex et comme membre fondateur des indispensables The Ex.
La liberté, la jubilation et la curiosité sont certainement quelques composantes de cette longétivité (bientôt 40 années à silloner les scènes du monde entier !)… Terrie fait partie de ces musiciens pour qui jouer est comme respirer, partager et chercher. Et ce n’est pas un poncif, c’est la réalité.

www.kajadraksler.com/
www.theex.nl/

> > >
DEFUSE

XAVIER CHARLES clarinettes
ROGER TURNER batterie
THOMAS LEHN synthétiseur analogique

Depuis plus de vingt ans, Xavier Charles s’impose – sans être le seul, mais quand même… – comme celui qui aura fait franchir à la clarinette un certain nombre de seuils, en la faisant sortir des modes classiques de jeu. Inspiré par la matière, les sons du quotidien, du vivant et les langages musicaux contemporains, il aura su la porter là où peu d’autres se sont aventurés. En solo, avec The Ex, Getatchew et toute la clique, ou au contact d’une foultitude d’improvisateurs internationaux toujours haut de gamme, il mêle ses stridences au rock noisy, à l’impro radicale, au jazz, aux musiques du monde comme au contemporain. Un profil plutôt très proche de celui de ses acolytes de Defuse, son nouveau projet sans frontière. Roger Turner, la classe incarnée de la batterie free et Thomas Lehn, dompteur de synthétiseur analogique antédiluvien, sont de la même trempe.

Ensemble, ils bouleversent sans cesse et sans repos les espaces sonores. La clarinette se change en bruit étrange, le synthétiseur emprunte la forme sonore de l’eau et les percussions deviennent autant de surface d’expérimentations sonores. Une surprise permanente pour l’auditeur, mais aussi, semble-t-il, pour les musiciens eux-mêmes. Se découvrant, redécouvrant le plaisir de jouer comme si c’était la première fois, mais avec un engagement des dernières fois. Une musique sans cesse inattendue, sans cesse intempestive au sens propre du terme, et toujours absolument singulière.
Jazz à Poitiers

À noter : Xavier Charles donnera un atelier d’improvisation aux Instants Chavirés les 2 & 3 juin.
Inscriptions & renseignements en suivant ce lien.

www.thomaslehn.com/
www.xaviercharles.com/
www.turners-site.com/

tarifs
15€ plein tarif
13€ prévente et Montreuillois | acheter en ligne
11€ abonnés Instants Chavirés

horaires
ouverture des portes 20h30 | concert à 21h00 | de 20h30 à 21h00 : Rien à voir

jeudi 07 juin 2018

ALICE KEMP
VALENTINA VUKSIC

Dans le cadre du colloque international Spectres de l’audible. Sound studies, cultures de l’écoute et arts sonores*, qui se tient du 7 au 9 juin à l’INHA et à la Philharmonie de Paris, la fabrique des arts sonores (Labex Arts H2H) et les Instants Chavirés présentent :

> > >
ALICE KEMP

© Alice Kemp

La pratique d’Alice Kemp se situe quelque part entre la performance minimaliste radicale et la subtile révélation de soi, agençant des sons de son propre corps au sein de rituels performatifs presque intimes. Ce concert sera sa première performance en France.

Alice Kemp est une artiste anglaise. Elle a présenté son travail aussi bien à travers l’Europe qu’aux Etats-Unis et au Japon. Plusieurs disques sont disponibles sur les labels Harbinger Sound (UK), Fragment Factory (DE) et Erratum (FR).

alicekemp.net

Alice Kemp est auteure de «Fill My Body With Flowers And Rice», LP paru sur le label parisien Erratum.
Infos et son

> > >
VALENTINA VUKSIC

@AR_ExTeresa

La performance Tripping Through Runtime est une improvisation électromagnétique élaborée à partir de code en cours d’exécution : l’environnement exécutif des commandes système, qui sollicite la mémoire et le processeur d’un ordinateur, est mis en scène pour offrir une expérience acoustique de la logique qui éprouve le monde physique. Les émissions électromagnétiques d’un ordinateur sont captées et transformées en sons par des bobines d’induction.

La pratique artistique de Valentina Vuksic explore au plus près les rapports complexes entre le cyberespace et ses environnements physiques. Elle a aussi bien étudié les sciences informatiques que l’art multimédia expérimental. Elle a travaillé comme conceptrice de logiciels et joue avec des machines et des logiciels de sonification depuis 2007. Elle prépare actuellement un doctorat en art au département Music and Engineering de l’université de Birmingham, en collaboration avec l’institut pour la recherche en art contemporain de l’université des arts de Zurich.

trippingthroughruntime.net
artkillart.org/aka-05-harddisko/

> > >

© Max Neuhaus, Underground Music(s) Times Square, 1977, extrait d’un poster. Courtesy Estate Max Neuhaus

* Spectres de l’audible. Sound studies, cultures de l’écoute et arts sonores
Co-organisé par la CITÉ DE LA MUSIQUE-PHILHARMONIE DE PARIS et LA FABRIQUE DES ARTS SONORES – LABEX ARTS-H2H
Jeudi 7 (INHA), vendredi 8 et samedi 9 (Philharmonie) juin 2018, 9h30-18h
Entrée libre sur réservation
Infos

> > >

tarifs
13€ plein tarif
11€ prévente et Montreuillois | acheter en ligne
9€ abonnés Instants Chavirés

horaires
ouverture des portes 20h30 | concert à 21h00 | de 20h30 à 21h00 : Rien à voir

samedi 09 juin 2018

ÂMES SANGLANTES
CARBON SINK + DAMIEN SCHULTZ
DROIT DIVIN
CHARLÈNE DARLING

CHANSON FRANÇAISE DÉGÉNÉRÉE présente
L’excellence du savoir-faire tricolore
chansonfrancaisedegeneree.tumblr.com

Ouverture des portes 20h00
Début des concerts 20h30 précises
10 euros tarif unqiue sur place

> > >
ÂMES SANGLANTES


Violence onirique

« Âmes Sanglantes, nom d’emprunt de Pierre-Marc Tremblay, représentant de la scène industrielle canadienne, aussi connu par ses autres projets, Contrepoison, Vilains Bonshommes, Guerre Solitaire, ou le groupe de black Akitsa. »

« Un collage sonore intéressant de bruits, éléments électroniques agressifs, structures cacophoniques fabriquées à l’aide de sources analogues. »

« Noirceur, expression sonore intense. Support Evil in everyday life. »

www.discogs.com/fr/artist/222032-âmes-Sanglantes
t-d-g.net

> > >
CARBON SINK + DAMIEN SCHULTZ


Bruits, mots, névroses collectives

« Un texte de Heiner Muller joué par Damien Schultz, sur une musique crée par le duo Carbon Sink : Magali Sanheira / effets, objets motorisés et sonorisés + Gaël Angelis / field recordings, synthétiseur, machines. »

« Cette interprétation n’est pas la pièce stricto sensu, mais un dispositif sonore accompagné d’une voix unique. Un théâtre de la cruauté dont l’objectif est de détruire certaines illusions, d’exacerber chez l’auditeur la sensation de solitude. »

« Un environnement musical immersif et organique soutenu par l’écholalie dérangeante et référencée du plus beau poète sonore de la capitale. »

entrefer.bandcamp.com/album/hamlet-machine

> > >
DROIT DIVIN

Maison Blanche, pouvoirs électroniques

« Méchanceté gratuite, nihilisme payant. Papa = William Bennett. Maman = Genesis P-Orridge. »

« 1ère démo en 2017. Deux cassettes auto-produites depuis. Electronics, noise and industrial stuff. »

droitdivin1.bandcamp.com

> > >
CHARLÈNE DARLING


Lo-fi pop freak folk

« Minimalisme millimétré au service d’un chant de sirène berbère nonchalant qui tente de vous faire pleurer en réveillant les souvenirs de vos amours secrets. Tout ca en vrai. »

« J’aime beaucoup jouer solo en ce moment en tout cas, de façon assez brute, mais je commence progressivement à monter un groupe pour pouvoir faire vivre toute la douceur et rondeur de l’album à paraître à partir de l’automne prochain sur le splendide label bruxellois l’Amour aux mille parfums »

« J’ai passé des années à chanter en pseudo-anglais pour pas me mouiller, et que je me force depuis quelques temps à chanter en français, pour le meilleur et pour le pire. »

charlenedarling.bandcamp.com

tarifs
10€ tarif unique
horaires
ouverture des portes 20h00 | concert à 20h30

ARTS VISUELS/RIEN À VOIR

ARTS VISUELS/EXPOSITIONS

du 03 mai au 28 juin 2018

SALMA CHEDDADI


RIEN À VOIR
PROGRAMMATION – VIDÉO avant les concerts
aux Instants Chavirés 7, rue richard lenoir à Montreuil
20h30/21h – Entrée libre (concert à suivre payant)

C’est Capucine Vever qui, en parallèle de son exposition à la brasserie invite Salma Cheddadi à présenter son travail de vidéaste, elle présente dans le cadre de RIEN À VOIR un triptyque intitulé le Printemps Sauvage et Hot cows, un film court qui fera office d’interlude tous les soirs de diffusion.
A découvrir les 3, 9, 23, 24 et 29 mai et jusqu’au 28 juin 2018

Salma Cheddadi (1984) est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy. Ses recherches portent sur la rencontre et le désir qu’elle polarise autour de ses « modèles » en mettant en lumière les relations entre le filmeur et le filmé, entre le celui qui est filmé et son environnement.
Ses films bousculent les enjeux du récit en jouant des ambiguïtés de la présence cinématographique : elle interroge et met en scène les associations inconscientes, les vibrations quantiques ou les réminiscences animales qui habitent ses modèles.

Le triptyque du « Printemps Sauvage » rend hommage à 3 temps majeurs de l’histoire de la danse contemporaine où l’expressionnisme du geste se retrouve aussi bien sur le corps et les visages des danseurs que dans le regard porté par la caméra et le montage.

Hot Cows, 2013
1 min, muet
________________________

Le printemps sauvage
3 séquences de danse contemporaine.

PS 1 FAUNE, 2015
3.40 min, son.

PS 2 PINA, 2015
3.11 min, son.

PS 3 ROSAS, 2015
3.12 min, son.
________________________

salmacheddadi.com
www.grec-info.com
cnap.fr/salma-cheddadi
vimeo
festival côté court

www.centrepompidou.fr

du 26 avril au 01 juillet 2018

CAPUCINE VEVER
Une terre qu‘on ne voit jamais au même
endroit, de jour comme de nuit


EXTRAIT DU FILM RUPES NIGRA, 2016 Production: résidence NEKaTOENEa, Conseil Départemental
de la Seine Saint-Denis et DRAC île-de-France © Léo Leibovici / Capucine Vever
teaser du film : vimeo.com/265065819
_________________________

Exposition du 26 AVRIL au 1er JUILLET 2018
Vernissage JEUDI 26 AVRIL – 18h/21h
Commissariat : Guillaume Constantin

INSTANTS CHAVIRÉS / ANCIENNE BRASSERIE BOUCHOULE
2 Rue Emile Zola – Montreuil – M°Robespierre
Exposition ouverte du mercredi au dimanche 15h/19h – entrée libre
Dossier de Presse à télécharger là : DP_CV_MARS2018_LOW
Teaser du film sur vimeo

______________________

RENDEZ-VOUS DANS L‘EXPOSITION >

> DIMANCHE 13 MAI – 16H – ENTRÉE LIBRE
CONCERT in situ > VALENTIN FERRÉ

> SAMEDI 26 MAI – 17H30 – ENTRÉE LIBRE
VISITE de l‘exposition > avec CAPUCINE VEVER & GUILLAUME CONSTANTIN, commissaire de l‘exposition.

> DIMANCHE 1er JUILLET – 16H – ENTRÉE LIBRE
FINISSAGE > Sortie de l‘édition Rupes Nigra en compagnie d‘Elke Roloff, directrice du programme de résidences d‘artistes NEKaTOENEa basé à Hendaye.


EXTRAIT DU FILM RUPES NIGRA, 2017 Production: résidence NEKaTOENEa, Conseil Départemental
de la Seine Saint-Denis et DRAC île-de-France © Léo Leibovici Capucine Vever
teaser du film : vimeo.com/265065819
_________________________

La notion de paysage et sa réalité perçue sont bien une invention, un objet culturel déposé, ayant sa fonction propre qui est de réassurer en permanence les cadres de la perception du temps et de l’espace.
Anne Cauquelin, L’invention du Paysage, Plon, 1989

Point errant né autant de la fiction que des instruments de navigation, il se déplace à une vitesse de 55 km par an, du Canada à la Russie. Bien que toutes les boussoles pointent vers lui, il est impossible de le harponner. Mobile et muet, il se fond dans la brume et transparaît sous les colonnes de limaille, se devine dans le souffle qui fait rouler les roses de Jéricho et se déplacer les montagnes. Il est l’espace où le champ magnétique terrestre pointe vers le bas, le lieu précis de convergence de tous les compas. Hypothèse scientifique au XII ème siècle, il trouve une représentation au XIV ème, dans le récit de voyage supposément écrit par un moine franciscain, Inventio Fortunate. Dans cet ouvrage, il est un rocher noir entouré de tourbillons géants, redoutables et dangereux. Le livre fut perdu mais influença durablement la cartographie comme la navigation : jamais rencontré, le point est pourtant bien représenté sur les mappemondes de Mercator, à la fin du XVIème siècle. Sa force d’attraction plus terrible que le chant de la sirène contraint les navires s’aventurant dans les eaux de l’Arctique à être construits avec des chevilles de bois et non de fer, car celles-ci seraient « inévitablement attirées par la montagne magnétique du nord »(1). Ce lieu indéterminé existe ainsi par la force de sa représentation fantasmée ; la fiction a un pouvoir de création. Tout comme la peinture fait naître le paysage, la carte crée le territoire. Espace atopique, il est sans lieu, déplacé ou malplacé.

Le paysage est issu des beaux-arts ; né des nouvelles structures de perception introduites par la perspective à la Renaissance, il devient l’équivalent construit de la nature, qui ne peut-être perçue qu’à travers son tableau. Le terme désigne l’étendue d’un pays que l’oeil peut embrasser dans son ensemble, déterminé par la place du regard. Le paysage est ainsi créé et limité par celui qui le voit. Construction sociale, il place l’individu au centre et devient alors « un artefact de la subjectivité moderne, sa projection de l’environnement »(2). Aucun paysage n’existe en soi, il change en fonction du déplacement et de l’interprétation culturelle que le regardeur en fait. Aux Instants Chavirés, il est cette dérive embuée vue des cieux, cette contemplation du crépuscule, ces clous attirés en équilibre fragile ; il est cette boule en laine d’acier, l’interprétation métallique de la rose de Jéricho. Plante à la capacité de reviviscence, elle se dessèche en cas de sécheresse et, poussée par le vent, roule jusqu’à trouver la pluie. L’espace d’exposition, lui, dévie vers l’Afrique, quand l’écriture en verre devient son horizon inatteignable.

Capucine Vever s’attelle à dessiner l’impossible : un pays mouvant, instable et voyageur, qui n’existe que dans le fantasme des hommes et la force de son attraction magnétique. L’artiste s’évertue à le saisir, mais il refuse d’être appréhendé, échappe au cadre, fuit l’interprétation univoque. Pas de perspective ici mais une mobilité des formes qui participe à faire émerger le pôle tant convoité. Peut-être pour le rencontrer faut-il se perdre, partir à la recherche d’un point qui circule entre imaginaire égaré et réel aspiré, pour enfin accepter le naufrage de nos capacités de préhension.

Sophie Lapalu
_____________________
(1) Olaus Magnus, Historia de gentibus septentrionalibus, 1555.
(2) Anne Querrien, Les Annales de la Recherche Urbaine, n°46, PUCA, Paris, 1990, p. 121.

LE SAUT DU BERGER, 2017 Installation in situ © Tito Iaffola Capucine Vever
__________________

Née en 1986 à Paris, Capucine Vever explore la notion de récit via divers média comme la vidéo, la sculpture, l’installation, la marche sonore, l’édition, le dessin et l’intervention in-situ. Qu’il soit géographique, social et/ou culturel, le territoire est central dans sa démarche artistique. Sa pratique tente de s’y engager dans un rapport poétique en exploitant le potentiel narratif de chaque espace. Ses oeuvres procèdent ainsi par collages, analogies, frottements permanents entre réalité et fiction, recherche scientifique et narration, cartographie et légende, déplacement et immobilisme.

Suite à une invitation de Guillaume Constantin, programmateur arts visuels aux Instants Chavirés, cette nouvelle exposition fait suite à une résidence d’un an (2016-2017) en milieu scolaire à Montreuil, inscrite dans le cadre du Dispositif In Situ (résidences de créations artistiques en collèges) impulsé par le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis.
À ce titre, cette exposition bénéficie du soutien financier du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis. Conjointement au dispositif d’Aide Individuelle à la Création de la Drac Île-de-France, Capucine Vever a reçu le soutien de la de la résidence de création NEKaTOENEa (Hendaye) qui lui a permis de réaliser, durant l’automne 2017, le film Rupes Nigra qui sera présenté pour la toute première fois et sera accompagné par un ensemble d’oeuvres complètement inédites.

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy en 2009, Capucine Vever est invitée en résidence comme à Eremi Arte (2017 Italie), Nekatoenea (2017), La Maison des Arts de Malakoff (2014), La Pommerie (2013), Géographie Variable (2013), etc. En 2014, elle obtient une bourse du CNC pour développer une marche sonore à Paris et Malakoff. L’ oeuvre est présentée la même année lors d’une exposition personnelle à la Maison des Arts de Malakoff (commissariat d’Aude Cartier) et à la biennale de Belleville (commissariat de Patrice Joly). En 2016, elle est associée au projet KM1 du Grand Paris Express (commissariat de Jérôme Sans).

Le travail de Capucine Vever a été présenté récemment lors de deux expositions personnelles à la galerie de l’École Supérieure d’Art Pays Basque (2017) et à la galerie du Second Jeudi Bayonne (2017). Elle a également participé à de nombreuses expositions collectives, en 2018 à Mains d’Oeuvres (commissariat de Chloé Grondeau), en 2017 à la Galerie Éric Mouchet, Paris (commissariat de Léo Marin) et au Centre d’Art La Halle des Bouchers (commissariat de Marianne Derrien et Sarah Ihler-Meyer), en 2016 à Glassbox (commissariat de Sophie Lapalu), à Khiasma et au Nam June Paik Art Center (commissariat d’Eric Maillet et de Jinsang Yoo), en 2015 à la galerie Underconstruction (commissariat d’Aurélie Faure), au Centre d’Art Contemporain Le Quartier (commissariat de Michela Sacchetto) et au Centre d’Art Contemporain Passerelle (commissariat de Julie Morel), en 2014 à la Maison Salvan (commissariat de Paul de Sorbier)… Capucine Vever est représentée par la galerie Éric Mouchet depuis 2017.

ET IL FUT ACCUSÉ PAR SES CONTEMPORAINS D‘IMPIÉTÉ ET D‘ARROGANCE POUR AVOIR FRANCHI LES LIMITES PERMISES AUX MORTELS, 2016 vue d‘installation, galerie de l’École Supérieure d’Art Pays Basque, Bayonne.© Capucine Vever
__________________

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d’Île-de-France.Avec le concours de la résidence d’artistes NEKaTOENEa, du dispositif In Situ (Conseil Départemental de la Seine Saint-Denis) et l‘Aide Individuelle à la Création (DRAC Île-de-France).

YET ANOTHER HOLE I DIDN’T KNOW ABOUT, 2014-2016
Impression numérique sur papier et marche sonore sur application conçue par Capucine Vever et développée en collaboration avec Valentin Ferré sur les territoires de Malakoff, Belleville, Clamart et Issy-les-Moulineaux.© Capucine Vever

horaires
ouverture des portes 15h-19h |
Instants Chavirés :
7, rue Richard-Lenoir 93100 Montreuil – France | + 33 1 42 87 25 91 | plan d’accès

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d’Île-de-France, et du concours de la Sacem et du CNV.

Instants Chavires

This entry was posted in Instants chavirés.

Comments are closed.