Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[France Musique] Les grands entretiens : Pascal Dusapin

Le compositeur Pascal Dusapin s'est confronté à                tous les genres, du solo au concerto, de la musique de                chambre à la pièce pour grand orchestre.

Le compositeur Pascal Dusapin évoque son parcours personnel et musical avec Arnaud Merlin.

  1. « La première fois que j’ai entendu cet accordéon, j’étais totalement interdit ! »
    Dans ce premier volet de nos entretiens, le compositeur Pascal Dusapin revient sur ses souvenirs d’enfance en Lorraine, les petits villages, les mineurs. Il évoque aussi ses grands-parents, ses oncles, parmi lesquels René, qui joue de l’accordéon : c’est la révélation.
  2. « Cette maladie arrive comme ça, et elle décide de tout »
    Le compositeur Pascal Dusapin a dix ans lorsqu’il tombe gravement malade. Épileptique, il est soigné avec un traitement médicamenteux pendant neuf ans. Parallèlement, avec son frère aîné, il suit son père en région parisienne. A dix-huit ans il entend « Arcana » de Varèse, et sa vie est bouleversée.
  3. « Le cours de Gilles Deleuze, c’était comme rentrer dans un nuage »
    Souvenir du silence : en intitulant ainsi son premier opus, le compositeur Pascal Dusapin referme le chapitre de la maladie. Il écrit de la musique « méchante », pour se « venger de cette douleur ». Indépendant chronique, il refuse les systèmes et les idéologies.
  4. « Faust, aujourd’hui c’est Mark Zuckerberg, c’est Sarkozy, Macron ! »
    Quatrième volet de nos entretiens avec le compositeur Pascal Dusapin. Les années 90 le voient se réconcilier avec lui-même, il explore presque tous les genres, cherchant à vérifier une forme par une autre. Ses œuvres lyriques touchent aux mythes fondateurs : Faust, Orphée, bientôt Macbeth…
  5. « Parfois, écrire quelques secondes de musique me prend quinze jours ! »
    Dans ce dernier volet de nos entretiens, Pascal Dusapin évoque les objets qui l’entourent dans son atelier de travail, dans le 9e arrondissement de Paris. Il écrit tout le temps : « je n’aime que ça ». Il parle de son travail, entre méditation et phases d’activité.

This entry was posted in France Musique.

Comments are closed.