Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Contrechamps] Juin 2019

 

Sommaire

À la découverte de la saison 2019-2020

Rendez-vous le 11 juin !

12. Angles morts avec Emilio Pomàrico

Exploration des angles morts de la modernité

Fête de la musique

Leach et Riley au MAH

En images

Retour sur nos derniers concerts

On vous recommande…

Quatre événements à ne pas manquer cet été

Éditions

Daniel Ender, Métamorphoses du son

 

À la découverte de la saison 2019-2020

________________

Rendez-vous le 11 juin !

La résonance par sympathie, c’est un corps sonore qui s’approche d’un corps résonant ; la vibration du premier peut, dans les bonnes conditions, faire entrer en vibration le second. Un thème prometteur pour cette saison 2019-2020 concoctée par Serge Vuille !

Pour en savoir plus, rendez-vous le 11 juin au Studio Ernest-Ansermet, à 18h30 (à 20h a lieu le dernier concert de la saison 2018-2019, Angles morts avec Emilio Pomàrico).

La présentation sera suivie d’un apéritif bio, local et zéro déchet élaboré par Bio Truck !

12. Angles morts avec Emilio Pomàrico

Emilio Pomàrico
© Astrid Ackermann

________________

Exploration des angles morts de la modernité

Mardi 11 juin 2019 – 20h
Studio Ernest-Ansermet, Genève

Anton Webern Symphonie opus 21 (1928)
Henri Pousseur Symphonie à quinze solistes pour ensemble (1954)
Jean Barraqué Concerto pour six formations instrumentales et deux instruments (1962-1968)
Franco Donatoni Souvenir (Kammersymphonie op. 18) pour quinze instruments (1967)

Megumi Tabuchi clarinette
Thierry Debons vibraphone
Ensemble Contrechamps
Emilio Pomàrico direction

Ce programme, conçu par le chef d’orchestre et compositeur Emilio Pomàrico explore les angles morts de la modernité, à travers quatre chefs-d’œuvre couvrant la quarantaine d’années située à l’intersection de la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’Anton Webern semblait bien avoir donné le coup de grâce au genre de la symphonie, Henri Pousseur a à son tour envisagé une survivance possible à ce genre surchargé d’histoire. Dans son Concerto, Jean Barraqué dresse à travers la notion de discontinuité un portrait de son siècle : l’œuvre est très composite et porte la marque d’Hubert Rostaing, le clarinettiste-jazz soliste pour qui elle a été composée ; sans doute la partie de vibraphone est inspirée de Mitt Jackson, vibraphoniste de jazz, que Barraqué appréciait particulièrement. Souvenir de Franco Donatoni marque un tournant dans son rapport à la composition comme action et comme ascèse : ici, le matériau est tout entier tiré de 363 cellules extraites de Gruppen, de Karlheinz Stockhausen et produit un effet de transmutation saisissant, fait de répétitions, de saillies tranchantes, et de rugissements fébriles.

Fête de la musique

________________

Leach et Riley au MAH

Samedi 22 juin 2019 – 22h30
Cour du Musée d’Art et d’Histoire

Mary Jane Leach Xantippe’s Rebuke pour hautbois solo et huit hautbois pré-enregistrés, version pour cinq hautbois et quatre hautbois pré-enregistrés (1993)
T
erry Riley In C pour instrumentation libre (1964)

Farafina
Valéik
Ensemble Contrechamps

En images

________________

Retour sur nos derniers concerts

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Maryanne Amacher

Boulez dirigé par son pianiste

Klaus Huber, Die seel muss vom reittier steigen

La presse en parle

La Tribune de Genève, Rocco Zacheo, L’éclat de Boulez par son pianiste (concert Boulez dirigé par son pianiste)
Le Courrier, Roderic Mounir, Quand l’oreille joue de la musique, édition du 7 mai (concert Maryanne Amacher)

On vous recommande…

Morton Feldman
© Barbara Monk Feldman

________________

Quatre événements à ne pas manquer cet été

Les Athénéenes
Itinéraire
12 juin, 20h / Alhambra
Au début du XXᵉ siècle, Béla Bartók et Zoltán Kodály parcouraient les villages de Hongrie et de Roumanie, recueillant, transcrivant et enregistrant des centaines de mélodies et chants populaires. Ce travail a donné naissance à des chefs-d’œuvre aux couleurs uniques et nouvelles, que le Quatuor Voce a eu envie d’exploiter à son tour, en resserrant les liens entre musique savante et musique traditionnelle d’aujourd’hui.

Les Athénéenes
Bach – Feldman
10 juin, 20h / Temple de la Madeleine

Audacieuse juxtaposition de deux musiques spirituelles très différentes : la luxuriante polyphonie des Motets de Bach, ancrée dans la tradition luthérienne, exalte la foi chrétienne.
The Rothko Chapel de Morton Feldman est une œuvre à part dans la production du compositeur américain. Dans cet hommage au peintre Rothko destiné à être joué dans sa chapelle éponyme – lieu de recueillement non confessionnel situé au Texas – Feldman compose une succession de tableaux contemplatifs et étrangement lumineux dont l’enchaînement organique semble suspendre la temporalité.

Lavaux Classic
Créations Swiss Made
22 juin, 16h30 / Salle Davel, Cully
Ode à la créativité et aux talents suisses ! Deux jeunes compositeurs suisses dévoileront le résultat de mois de travail, seuls puis avec quatre jeunes instrumentistes, sous la houlette de William Blank.
Singularité 2019 : les jeunes artistes intégreront à leur œuvre un texte actuel illustrant le « pense par toi-même » des Lumières.

Duo Concordis
2 août, 19h / Lac souterrain Saint-Léonard
Un concert dans un lieu insolite, à bord d’un bateau, qui fait le lien entre les esthétiques, la passion et l’expression émotionnelle de la musique balkanique et latine. La création de ce projet est née du désir des artistes d’unir les moyens expressifs de leurs instruments et d’arts divers pour explorer une nouvelle palette d’expression musicale. Une alchimie de sons, une synergie et complicité entre deux artistes qui nous plongent dans un monde oscillant entre le rêve et l’initiation.

Éditions

________________

Daniel Ender, Métamorphoses du son

Daniel Ender
Métamorphoses du son
La musique de Beat Furrer
Parution : 7 juin 2019

Beat Furrer, compositeur suisse installé de longue date en Autriche, est sans doute l’une des figures les plus importantes de la musique actuelle. Révélé au grand public grâce à Claudio Abbado et à la réalisation de plusieurs opéras de conception originale, Furrer a développé un style très personnel, dans lequel l’attention à la vie interne du son et aux frontières entre son et bruit s’inscrit à l’intérieur de constructions formelles extrêmement rigoureuses. Dans le livre qu’il lui consacre, Daniel Ender suit l’évolution du compositeur, analysant ses œuvres principales avec finesse et dégageant leurs significations profondes. À travers cette étude remarquable, il fait apparaître l’importance du principe de métamorphose, qui donne son titre à l’ouvrage, et renvoie au fondement même de la pensée musicale de Furrer, ainsi qu’à son imaginaire.

 

Nous vous souhaitons un agréable début d’été et nous réjouissons de vous retrouver aux concerts !

 
This entry was posted in Contrechamps [CH].

Comments are closed.