Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Quatuor Béla] Nos Trois Frères de l’Orage, concerts et nouvelles !

Bonjour !

Erwin Schulhoff, Pavel Haas, Hans Krasa ..

Nous sommes heureux de pouvoir vous inviter, où que vous soyez, à découvrir ou retrouver nos « Trois Frères de l’Orage » ces compositeurs tchèques et leurs quatuors, facétieux, mystérieux, graves et fantasques.

Juifs, et puis intellectuels, modernes, homosexuels ou communistes .. ? « Dégénérés » fut le terme qui les rassembla bien malgré eux en 1938, et les condamna, quelques années après l’écriture de ces chefs d’œuvres, à périr dans les camps nazis.

Honneur à leurs merveilleuses musiques … chez Klarthe, chez votre disquaire préféré, ou sur internet !

Ecrites pendant l’entre-deux guerres, ces partitions sont caractéristiques de l’esprit libertaire qui régnait alors dans les arts, surtout au cours des années 1920. Le Quatuor n°1 d’Erwin Schulhoff (1894-1942) est un chef-d’œuvre de subversion qui dompte son insolente vitalité dans une trouble perspective. Pierre Gervasoni, Le Monde

Chroniques, écrites et radiophoniques : Gang FlowThierry VagneClassique NewsRTSFrance MusiqueON-topaudioAudiophile MagazineFroggy’s delight

Les relations presse sont assurées par Florence Petros
florencepetros@gmail.com

 

Concerts en juin !

 

«Muss es sein? Es muss sein!»

Écrite de la main de Beethoven dans le dernier mouvement de son quatuor op.135, cette inscription fit couler beaucoup d’encre… Certains rapportent que le compositeur, se trouvant en grande difficulté financière, fut forcé d’écrire ce quatuor promis à son éditeur, alors qu’il projetait d’écrire quelque chose de plus grand. D’autres y voient des connotations plus métaphysiques. Milan Kundera en fait même le symbole de la «nécessité», de ce qui pèse, qui a de la valeur, en opposition à ce qui est frivole et sans substance, dans son roman L’insoutenable légèreté de l’être. Léo Ferré chantera aussi ce «Es Muss Sein» dans sa chanson éponyme, interpelant Beethoven, et revendiquant que la musique soit dans la rue, partout, pour tous. Quoi qu’il en soit, le dernier quatuor de Beethoven, sa dernière œuvre, est une pure merveille, lapidaire, énigmatique, voire déroutante. (Les Athénéennes)

Vendredi 7 juin à 20h
Sala Ridotto Teatro Valli, Reggio Emilia

[ En savoir + ]

Casa del Quartetto

Iannis XENAKIS
Tétras pour quatuor à cordes

Ludwig van BEETHOVEN
Quatuor à cordes n°16 en fa majeur, op.135

Benjamin BRITTEN
Quatuor à cordes n°2

Mardi 11 juin à 20h
Temple de la Madeleine, Genève

[ En savoir + ]

Festival Les Athénéeennes

Iannis XENAKIS
Tétras pour quatuor à cordes

Ludwig van BEETHOVEN
Quatuor à cordes n°16 en fa majeur, op.135

Dmitri CHOSTAKOVITCH
Quintette pour piano et cordes en sol mineur, op.57
avec Audrey VIGOUREUX

 

Jeudi 20 juin à 20h30
Musée de l’Orangerie, Paris

[ En savoir + ]

Coproduction Musée de l’Orangerie, Ircam-Centre Pompidou & ProQuartet

Photo : Luc, par Proquartet

Spectral 3

Festival Manifeste

Kaija SAARIAHO
Nymphea (1987) Jardin secret III

Jonathan HARVEY
Quatuor à cordes n°4 (2003)

avec Gilbert Nouno, électronique

Le quatuor avec électronique de Jonathan Harvey projette dans l’espace ses « vies successives » en cinq cycles ascensionnels. « Durant la composition, une image me revenait constamment à l’esprit, celle d’un jardin paradisiaque planté de glycines jaunes et de sculptures d’oiseaux en bois. » Pour Kaija Saariaho, la pensée du timbre et de l’harmonie est consubstantielle à son utilisation de l’électronique. Elle précise ainsi la référence aux nénuphars et à Monet dont Les Nymphéas « accueillent » pour la première fois son œuvre. « Quelques idées qui me préoccupaient au moment de la composition de la pièce : image de la structure symétrique du nénuphar qui, flottant sur les eaux, se plie, se transforme. Les différentes interprétations de la même image : d’une part, la surface homogène avec ses couleurs, ses formes, d’autre part, les différentes matières, leurs états et leurs dimensions. » (Ircam)

 

Samedi 22 juin à 20h30
Les Musivales à Lagny le Sec

[En savoir + ]

Le disque, le concert !

Avec Albert Marcoeur
Si oui, oui. Sinon non

Rare, culte, merveilleux poète, voix lumineuse d’un rock paisible et acide, compositeur infiniment subtil et inventif, Albert Marcoeur crée depuis 1974. Il a inscrit sur notre chemin, depuis nos premiers pas en 2006, la marque de son humanité insatiable, de sa poésie. Arpenter sa discographie c’est immanquablement nimber son propre quotidien de magie – qu’il s’agisse d’acheter du sopalin, klaxonner, draguer une fille sans succès, prendre le train, se brosser les dents en pliant le tube de dentifrice au risque de le percer, observer une éclipse de lune à travers le brouillard, s’enfuir de prison, fumer, constater mille fois avec émerveillement, que le monde est fou, mais beau, mais triste, mais tellement drôle..

Voilà nos chansons, écrites, composées, parlées, jouées et chantées par Albert Marcoeur, c’est un grand bonheur de les, de le retrouver !

 

Dimanche 30 juin à 17h30
La Belle Saison & le Festival de l’Orangerie de Seaux

[En savoir + ]

Photo : S. Ciaravino, @ la MC2

Avec Noémi Boutin

Schubert D’Adamo

Daniel D’ADAMO Sur vestiges, quintette à cordes
Franz SCHUBERTQuintette en ut pour deux violoncelles

& merci !

Un grand merci à vous pour avoir soutenu la production de notre disque avec Noémi ! Les bandes circulent actuellement entre les ouïes attentives de Daniel D’Adamo, du Quatuor, de Noémi, d’Hannelore Guittet qui a réalisé la prise de son et veille au montage, mixage, mastering…

Vivement la sortie, en octobre prochain !

Sur Vestiges est une commande de La Belle Saison, avec le soutien de ProQuartet – Centre européen de musique de chambre

 

Alerte sur les ondes !

Une grande inquiétude règne pour les musiques aventureuses, étranges, chercheuses, rares, qu’elles soient improvisées, écrites, savantes, d’ailleurs : les émissions d’Anne Montaron, Clément Lebrun, Arnaud Merlin, Françoise Degeorges, Bruno Letort, ne seraient pas reconduites, ni « remplacées » au service des musiques « singulières » à la rentrée prochaine.
Merci de votre attention, de vos signatures, de vos démarches ..

 

Appel à contribution

Voici le projet d’un enregistrement discographique des œuvres pour quatuor de Bruno Ducol, avec l’exquise Laura Holm, avec qui nous avions créé « Adonaïs ou l’air et les songes », au festival des Quatuors en Luberon, et puis également la flûtiste Julie Brunet-Jailly ! Une démarche de financement participatif a été engagée par le label. Merci tout plein à toutes celles et ceux qui apporteront une contribution à la réalisation de ce beau projet !

Au plaisir de vous retrouver aux concerts, de savoir que vous partagerez ces musiques, à bientôt !

Charlotte De Jésus,
pour le quatuor Béla

06 89 52 81 48
www.quatuorbela.com

Le Quatuor Béla est conventionné par le conseil départemental de la Savoie, il reçoit l’aide à la structuration de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de la SACEM,  de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de l’ONDA, de l’Institut Français.
Il est adhérent du Bureau Export et de Futurs Composés.

This entry was posted in Quatuor Béla.

Comments are closed.