Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Ensemble intercontemporain] Actualités # déc. 19

  L’édito de Matthias Pintscher  


 
Dans son dernier édito de l’année Matthias Pintscher présente le programme du concert du 10 décembre à la Cité de la musique, donné en hommage à une immense personnalité du monde de la création musicale : le compositeur et chef d’orchestre écossais Oliver Knussen.
 


 
En juillet 2018, le compositeur et chef d’orchestre écossais Oliver Knussen, « Olly » comme le surnommaient ses amis, quittait ce monde prématurément, alors qu’il préparait le programme de ce concert avec l’EIC. Ce dernier lui rend hommage en resituant sa musique dans son réseau d’inspirations et d’amitiés artistiques.
Disciple de Britten, Knussen fut un pilier de la scène contemporaine britannique. Orfèvre des timbres et des formes, il pouvait aussi chercher l’inspiration dans un ailleurs lointain comme pour ces fragments d’un japonisme dans O Hototogisu! Et dans son poignant Requiem, écrit en mémoire de sa femme, Knussen mettait en musique des poèmes d’auteurs du monde entier. Deux pièces présentées aujourd’hui en création française. C’est dire si l’œuvre de cette immense personnalité musicale reste encore à découvrir de notre côté de la Manche…
Mardi 10 décembre, 20h30 à la Cité de la musique
 
Avant le concert,  à 19h45
Clé d’écoute sur Oliver Knussen, par Pierre Rigaudière, musicologue
Entrée libre
 
+ un portrait d’Oliver Knussen 
 
+ un témoignage de la soprano Claire Booth sur Oliver Knussen
 

 Photo © Betty Freeman / Bridgeman Images 

 
On connaît la fascination de Karlheinz Stockhausen pour le cosmos et l’astrologie. Tierkreis (littéralement « zodiaque » en allemand) en est la plus pure illustration, en même temps que la plus charmante : les douze mélodies de ce cycle de chambre figurent chacune un signe astrologique. Douze courtes mélodies dont la beauté toute simple a inspiré aux membres de la bien nommée compagnie Les Ouvreurs de Possibles, un spectacle poétique et ludique pour les enfants de 3 à 7 ans. On y suit donc l’aventure de cinq personnages qui découvrent un lieu étrange où se trouvent douze boîtes mystérieuses. Au fil des mélodies, qui résonnent comme des boîtes à musique, les deux danseurs et les trois musiciens nous emmènent à la découverte du monde fabuleux de Stockhausen.
 
Dans le cadre du grand week-end que la Philharmonie de Paris consacre à Gustav Mahler, les solistes de l’EIC se joignent aux musiciens de l’Orchestre de Paris pour explorer l’héritage mahlérien dans l’avant-garde musicale russe du vingtième siècle. Un héritage manifeste et assumé par un Alfred Schnittke ou un Dimitri Chostakovitch mais qui s’exprime aussi dans les compositions d’Edison Denisov qui avait une grande admiration pour Mahler en plus d’une véritable passion pour la Seconde école de Vienne dans laquelle il trouvera les bases de son langage musical. Le programme du concert est d’ailleurs largement consacré au compositeur russe, auteur d’une œuvre prolifique explorant tous les genres.  
Dimanche 15 décembre, 16h30 à la Philharmonie de Paris
Photo : Gustav Mahler, Opéra de Vienne, 1911 ©  Lebrecht Music & Arts / Alamy Stock Photo
 
En septembre de cette année, l’Ensemble intercontemporain ouvrait sa nouvelle saison à la Philharmonie de Paris avec l’étrange et mystique Hiérophanie du compositeur québécois Claude Vivier (1948-1983). Reportage sur une œuvre conçue par son auteur comme une vaste représentation de l’existence humaine.
Photo :  Marion Tassou © EIC  
C’est déjà la troisième saison d’ En mode, notre série vidéo pour découvrir l’univers musical contemporain. Et pour le premier de ces cinq nouveaux épisodes Clément Lebrun se met « en mode moustache » avec Frank Zappa !

This entry was posted in Ensemble intercontemporain.

Comments are closed.