Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Ensemble intercontemporain] Actualités # janv. 20

 


 
Meilleurs vœux et que 2020 soit pour vous une année pleine d’inspirations, de belles découvertes et, bien sûr, de musique !

   L’édito de Matthias Pintscher   


 
Dans son premier édito de l’année Matthias Pintscher présente le concert du 29 janvier à la Cité de la musique, au programme doublement inspiré par la neige et la forme musicale du canon. 


 
En musique, le canon, c’est la fugue réduite à sa plus simple expression. Il ne cesse pourtant d’inspirer les compositeurs, pour beaucoup en réaction à ce que Jean-Sébastien Bach en a fait, à l’instar d’Anton Webern ou, plus récemment, du compositeur danois Hans Abrahamsen. Dans les années 1990, ce dernier arrange des canons de Bach pour un ensemble instrumental. Séduit par cette mécanique délicate, Abrahamsen en tire quelques idées de composition alors qu’il traverse une période de profonde remise en question artistique. Fasciné depuis toujours par la neige, il trouve là le moyen de libérer son inspiration : le canon aidant, le discours musical se cristallise à la manière des flocons, dans une sorte de temps suspendu évoquant la pureté et la quiétude d’un paysage hivernal. Son cycle Schnee (neige) voit ainsi le jour en 2008. Depuis il est régulièrement joué sur les plus grandes scènes musicales internationales. Pour rester dans cette atmosphère de poésie hivernale, Matthias Pintscher partagera avec nous  ses délicates « images de neige » (Schneebilder) tandis qu’avec Lichtbogen, Kaija Saariaho nous immergera dans la féérie d’une « aurore boréale ».
 
 
Dans le Concerto de chambre, György Ligeti pousse jusque dans ses retranchements l’idée de micropolyphonie. Alternant des polyphonies alanguies et des petites mécaniques rapides et détraquées, Ligeti veut y mettre « un certain ordre, mais un ordre un peu désordonné ». Devenu rapidement un classique du répertoire contemporain, ce Concerto de chambre a inspiré plus d’un compositeur, à l’instar de l’Islandaise Anna Thorvaldsdottir qui a voulu lui apporter un pendant avec Hrím (« rimer » en islandais). Le programme présente également deux œuvres pour ensemble récemment créées : la première, Contre-Espace,  du jeune compositeur français Sasha J. Blondeau et la seconde, Shadow of the Future, de l’une des figures majeures de la scène musicale contemporaine, le Finlandais Magnus Lindberg. 
Photo : Anna Thorvaldsdottir © Saga Sigurdardottir
 
 
En 2020, le monde musical célèbre les 250 ans de la naissance de Ludwig Van Beethoven. Le week-end « Beethoven et la modernité » que lui consacre la Philharmonie de Paris est l’occasion de mettre en perspective l’œuvre visionnaire de ce Titan de la musique et la création contemporaine. Ainsi les solistes de l’EIC se joignent aux musiciens de l’Orchestre de Paris et nouent un dialogue par-delà les siècles, en tressant, par exemple, les mouvements du Septuor pour cordes et vents et les Bagatelles contemporaines de l’Autrichien Friedrich Cerha.
Photo © Bettina Strenske / Alamy Stock Photo
 
Vous voulez de l’énergie, de la puissance, du « gros son » ? Alors, en ce début d’année,  passez en « mode métal » avec Clément Lebrun et le compositeur Yann Robin.
Website
Facebook
Twitter
YouTube
SoundCloud
Instagram

This entry was posted in Ensemble intercontemporain.

Comments are closed.