Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Futurs composés] Newsletter #49


Oblique cycle 2  - Trouble langage, © photo : Rémy Grandroques, Compagnie Vahram Zaryan, Est’ Nova production
L’infini pour tout horizon
Nous sommes en préventive, condamnés à trouver ce qui nous aidera à tenir durant un emprisonnement qui ne dit ni sa réelle durée ni comment nous en sortirons. Personne ne sait, ne peut prédire, ne peut dater le retour aux accolades. Le 11 mai est agité, telle une promesse féérique où il s’agit plus de libérer sur la base du volontariat les parents de leurs progénitures et de faire de l’école une garderie, que d’un déconfinement progressif suivant une logique sanitaire à long terme (obligation à la distanciation sociale en classe, dans les couloirs, au réfectoire, dans la cour de récré, avant et après les repas et lors des passages aux toilettes).
Revendiqué acteur culturel, ce statut est balayé d’un revers de confinement et est dissous dans l’expression balbutiante de nos gouvernants à nous reconnaître et nous protéger: nous sommes réduits à notre fonction de consommateur, rouage essentiel de ce système capitaliste ; nous découvrons, aussi dur cela soit-il, à quel point nos comportements, aussi bien personnels qu’artistiques, étaient dépendants de cette Start-up Nation nous vendant des premiers de cordée côtés en bourse.
Nous sommes directement et indirectement impliqués dans cette crise. Non pas que nous acceptions et revendiquions cette complicité au néolibéralisme et ne cherchions pas à lutter et à dénoncer un système de marchandisation de la culture et du démantelement du service public. Malheureusement, nous notons amèrement que nos revendications – aux côtés d’autres luttes apparentées, menées par les enseignants, les soignants ou les gilets jaunes – à faire valoir nos missions d’intérêt général et à exiger plus de justice sociale sont oubliées, et nous le réalisons, ou sommes en train de péniblement l’admettre, car nous serons les derniers à être relancés économiquement ; les priorités gouvernementales sont explicites. Par révélation, les vrais premiers de cordée sont les caissières, les soignantes, les livreurs, les éboueurs, les agents d’entretien, les techniciennes de surface, les conductrices de la RATP et la SNCF, les postières et les travailleurs précaires.
Ces corps dehors, les nôtres dedans et dociles. Chacun de nos mondes artistiques est pour l’instant dépeuplé. Il n’y a encore en soi aucune certitude de lendemains charnels. Nous sommes face au vide, avec nos corps abstinents. Traditionnellement, notre art convoque des rencontres physiques qui se finalisent par une adresse à un public. Les écritures pensées et inventées, les idées complotées et imaginées, ont besoin de la réalité physique de ces mondes que nous créons et co-construisons (avec nos collaborateurs, les producteurs, les diffuseurs, les subventionneurs) pour exister pour de vrai: nos différentes lectures du monde, nos différentes interprétations, nos différentes vérités exprimées se projettent dans l’espoir de la confrontation aux publics. C’est aujourd’hui mécaniquement inaccessible: le déconfinement tel qu’annoncé pour l’instant proscrit la planification de présentation publique de nos créations, sauf peut-être dans les « petits festivals ».
Cependant, rappelons-nous que notre art exige de nous de d’abord intérieurement questionner les faits, d’interpréter les vérités, de réfléchir à nos travers, de faire bouger les lignes avant d’être présenté formellement. Ne nous laissons donc pas impressionner par cet infini qui n’est pas le vide. Au contraire, choisissons-le, cet infini, et autorisons-nous cette décontraction émotionnelle qui caractérise nos métiers et nos pratiques artistiques. La création telle que nous l’avons vécue jusqu’à présent et ses processus n’existent, d’un coup, plus. Le temps des cerises, déjà. Cependant, embrassons cette liberté de nous aligner avec cette époque inédite et posons dans nos têtes les nouveaux gestes créateurs pour imaginer la création d’après. Osons rêver les nouvelles écritures du sonore post-confinement. Reconvoquons nos corps, même dans un imaginaire dont la réalisation a un futur incertain. L’art a toujours eu pour rôle de sortir de la sidération et de stimuler les imaginaires. C’est ce en quoi l’art est politique et est donc capable de repolitiser le social: réinventons, proposons à tous ces corps confinés et à nos premiers de cordée une nouvelle aventure sociétale. Projetons-nous pour mieux nous retrouver dans cet après hésitant et pour redonner rendez-vous à ces publics que nous n’avons pas eu le temps de saluer et aux nouveaux devant lesquels nous nous produirons demain.
Nous nous devons d’être au rendez-vous de l’après pour réinsuffler cette énergie artistique qui nourrit cet infini, non plus abyssal, mais peuplé de ces corps confinés et des premiers de cordée. Il est temps de nous réapproprier nos rôles politiques et d’affirmer l’utilité de nos pratiques pour inventer un nouveau désir collectif. Aux rêves, à l’émancipation collective et à la liberté !

 
Nadia Ratsimandresy, ondiste
(rédigé avant le 7 mai)
LETTRE OUVERTE – « FESTIVALS : CONTINUONS A RÊVER ! »

Futurs Composés co-signe la lettre ouverte « Festivals : continuons à rêver ! », aux côtés de AJC Jazz, France Festivals, Profedim, SNSP Syndicat National des Scènes Publiques, Syndeac, REMA – EEMN et Les Forces Musicales.

Lire la lettre
MOBILISATION ET COOPÉRATION ART ET CULTURE CONTRE LE COVID-19

Futurs Composés co-signe le communiqué de l’UFISC aux côtés de Réseau Actes if, CITI – Centre International pour les Théâtres Itinérants, Famdt, FEDELIMA, Ferarock, Fevis, Fédération Nationale des arts de la Rue, Fraca-Ma, FRAAP, Grand Bureau, Grands Formats, Octopus, PAM – Pole de cooperation des Acteurs de la filière Musicale en Région Sud, Polca Champagne-Ardenne, Radio Campus France, RmaN – Réseau des Musiques Actuelles en Normandie, RIF – Réseau des musiques actuelles en Ile de France, Réseau des Indépendants de la Musique, Synavi – national, THEMAA Asso, UFISC, Réseau ZoneFranche.

Lire le communiqué
4 & 5 JUIN / NEW DEAL – REPORTÉ
 

Organisé par la FEVIS, Grands Formats, Futurs Composés, France Festivals, le REMA, l’Association des Scènes Nationales, le Bureau Export et l’Institut Français, les rencontres professionnelles New Deal, initialement prévues les 4 et 5 juin 2020 à la Philharmonie de Paris, sont reportées à une date ultérieure.
Nous vous tiendrons informés. 

Plus d’infos bientôt
8 JUILLET / ACCORD MAJEUR – REPORTÉ
 

La crise sanitaire et l’annulation des représentations publiques du Festival d’Aix-en-Provence nous contraignent à reporter les 9èmes Rencontres nationales d’Accord Majeur prévues le 8 juillet prochain. Elles devaient être consacrées à la thématique (Re)Composer avec le vivant : la musique face au défi écologique et social.
Nous sommes persuadé.e.s de l’importance de ce sujet et nous espérons pouvoir en débattre avec vous dans les mois prochains. Nous vous tiendrons au courant des solutions envisagées pour organiser ce report dans les meilleures conditions.  

Plus d’infos bientôt
Les World Music Days de l’ISCM 2020 devaient avoir lieu à Auckland, Nouvelle-Zélande, du 21 au 26 avril 2020, mais ont été annulés en raison de l’épidémie du COVID-19. Dans ce cadre, Futurs Composés, Section française de l’International Society for Contemporary Music – ISCM avait lancé un appel à œuvres et sélectionné le travail de six compositeurs.rices. Le jury international de l’ISCM s’est ensuite réuni pour en élire l’un d’entre eux : 

Jérôme Bertholon Collisions pour électroacoustique

Sa pièce devait être jouée entre le 21 et le 26 avril en Nouvelle-Zélande, lors des ISCM – World Music Days 2020.

Plus d’infos
Retrouvez l’actualité de la création musicale – tous les événements de mai et juin sont annulés ou reportés en raison de la situation actuelle.

Concerts, performances, spectacles, festivals, ciné-concerts, rencontres, ateliers, etc.
En France et à l’étranger

 

VOIR L’AGENDA
> Choeur en scène                                                                (Île-de-France)
> Le DOC                                                                                 (Normandie)
 
Suivez le réseau sur le site de Futurs Composés, toutes les offres d’emploi du secteur, et nos dernières actualités sur les réseaux sociaux !
Facebook Facebook
Twitter Twitter
Instagram Instagram
Website Website
Vous souhaitez adhérer à Futurs Composés ?
Retrouvez la charte du réseau, la liste complète de ses membres et les conditions d’adhésion sur notre site Internet.

 
Futurs Composés, réseau national de la création musicale
9 rue Édouard Vaillant 93100 Montreuil

Fixe : +33 1 77 32 23 19
Portable : +33 6 37 57 19 59

contact@futurscomposes.com

www.futurscomposes.com
www.presentcontinu.com

Futurs Composés, réseau national de la création musicale est soutenu par :
Le Ministère de la Culture et de la Communication, la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA), la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM) et le Fonds pour la Création Musicale (FCM).
 

© 2019 Futurs Composés, All rights reserved.

This entry was posted in Futurs composés.

Comments are closed.