Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[ONCEIM] ONCEIM & JACQUES PERCONTE

Un projet sonore et visuel en cours de création, à découvrir sur 2020-2021…
 

… et  JACQUES PERCONTE

Une création sonore et visuelle

Résidence à la Dynamo de Banlieues Bleues – Décembre 2019

En décembre dernier, l’ONCEIM était en résidence à la Dynamo de Banlieues Bleues, rejoint pour deux jours par l’artiste visuel et figure majeure de la scène artistique numérique, Jacques Perconte
Première étape d’une nouvelle collaboration mêlant musiques improvisées et images numérisées. 

Ce processus initié, nous mettons en place une production commune pour créer un spectacle immersif, une forme spectaculaire et poétique. Cet objet d’interaction, entre musique et image en temps réel s’attache à développer un paysage visuel et sonore inédit où réel et imaginaires s’entrelacent. 

À découvrir sur 2020-2021…

Gorges Gard – Gorges de l’Ardèche, 2020, extrait de la première rencontre entre la musique de l’orchestre et les images de Jacques Perconte.

Le travail de Jacques Perconte présente de nombreuses similitudes dans le traitement de l’image avec la façon dont l’ONCEIM aborde le sonore. En partant d’éléments reconnaissables tels que paysages, environnements, matières naturelles, en se focalisant par moment sur certains détails puis en appliquant des techniques numériques de compressions-décompressions qu’il a mis au point, Jacques Perconte donne naissance à des territoires insolites et magiques où le temps se dilate.

L’orchestre quand à lui, prend appuie sur des instruments que nous connaissons bien mais qui sont ici également traités de manière inhabituelle, donnant naissance à des sonorités nouvelles. Prenant appuie sur le vocabulaire développé par chaque musicien et en portant une attention aiguë à l’élaboration orchestrale, l’ONCEIM donne vie à des paysages sonores riches et complexes dans lesquels notre oreille est invitée à se promener.

 

« Glisse sur l’Ardèche, et au gré des mouvements du courant, 

le paysage se révèle. »

 

En concevant une scénographie au-dessus de l’orchestre, pour accueillir les images projetées de Jacques Perconte, nous souhaitons proposer une forme spectaculaire, immersive et féérique. Puisant dans un corpus établi spécifiquement, musique et images interagissent en temps réel pour donner naissance à une mystérieuse forêt onirique où nous sommes invités à nous promener à la rencontre d’une faune et d’une flore dont la force poétique est sans cesse renouvelée.

En savoir plus

 

Jacques Perconte

« Chaque nouvelle rencontre avec un musicien provoque quelque chose dans mon travail [...] Parce que progressant dans des langages différents, nous pouvons parler de la même chose. »

 

Figure majeure de la scène artistique numérique et de l’avant-garde cinématographique française depuis la fin des années 90, Jacques Perconte se définit comme un artiste visuel. Son travail concentré sur le paysage, déclinant film linéaire pour le cinéma et film génératif pour l’exposition, performance audiovisuelle, photographie et installation, consiste à ressaisir la nature, notamment dans le rapport culturel et technique que nous construisons avec elle…

« L’improvisation est au cœur de cette aventure avec la musique. Et c’est sur ce point principal que le travail avec l’ONCEIM peut devenir majeur dans mes recherches. Dans ses projets je manipule en direct les images numériques que j’ai filmées et préparées comme je suis le seul à savoir le faire, grâce à une interface — instrument de ma fabrication — qui permet de les jouer avec une incroyable fluidité et beaucoup de réactivité pour un immense potentiel dans l’improvisation. Il s’agit de travailler les images et leur place dans le temps, leurs infrastructures numériques, leurs forces plastiques, pour explorer avec la musique, rythmes et couleurs au fil des spectacles pour que chaque expérience soit unique.

Ce travail en direct avec les images puise en grande partie son énergie dans la prise de risque, dans le jeu sans filet d’entrer dans les dimensions invisibles de ces images pour en explorer le corps et en faire surgir les forces. Si une grosse partie du travail réside dans la fabrication des images et de l’instrument – en grande partie réinventé à chaque fois.

C’est dans le jeu et les répétitions avec les musiciens seulement que le projet peut exister. Sans cela, sans expérience, sans temps partagé, le jeu ne sert à rien. Il faut apprendre à se connaître et faire que l’image soit là dans l’ensemble comme les autres instruments et que le dialogue se construise entre l’image-musicale et son autonomie. L’immersion ne se fait pas à l’aveugle et pour le spectateur, l’aventure doit se passer dans son corps. Il ne fait pas l’expérience de la forêt, il ne fait pas l’expérience de la musique, c’est à la croisée des chemins qu’il se passe quelque chose en lui. »

Jacques Perconte

 

Retrouvez toute notre actualité sur 

Et notre discographie sur

This entry was posted in ONCEIM.

Comments are closed.