Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Libération] La Passion d’Adonis, oratorio pour une Syrie en ruines

Après Marseille, le festival grenoblois Détours de Babel présente une création du compositeur libanais Zad Moultaka sur des textes du poète syrien Adonis, toujours d’actualité.

Certaines œuvres musicales naissent dans la douleur. C’est le cas de la Passion d’Adonis de Zad Moultaka. Il y a un an, le compositeur découvre bouleversé le Fixe et le Mouvant (1975) du grand poète syrien Adonis. Il y voit un écho à ses réflexions sur son identité, ses origines culturelles arabes et méditerranéennes. « La pensée d’Adonis a fait naître en moi une présence inespérée, inattendue car elle résume d’une manière précise, tranchante et fulgurante la problématique arabe actuelle, et donne par conséquent une clé de compréhension inestimable », souligne le musicien d’origine libanaise. Le contact passe entre le musicien et le poète. Le premier enregistre le second lisant des extraits de son recueil Al Kitab en une seule prise en juillet 2015 à l’Ircam. L’art d’Adonis apparaît de surcroît visionnaire : ces poèmes ont 20 ans mais ne le font pas. Ses textes résonnent aujourd’hui avec l’actualité violente du Moyen-Orient. Le résultat sonore s’avère puissant : Adonis, 86 ans, a la voix forte et musicale. Sa seule déclamation emplit l’espace.

This entry was posted in Libération.

Comments are closed.