Accueil du Portail / Site Home Accueil du fil d'informations / Newswire home

[Instants chavirés] Samedi au Théâtre Berthelot

 
Les Instants Chavirés

Bonjour

Un seul concert cette semaine et qui aura lieu hors les murs.
Nous nous associons à l’ouverture de saison du Théâtre Berthelot :

Samedi 2 octobre / 20h00
Be My Ghost (Violaine Lochu, Meryll Ampe & Blanche Lafuente)
Deeat Palace

Entrée libre sur réservation auprès du Théâtre :
Par téléphone : 01 71 89 26 70
Par email : resa.berthelot@montreuil.fr

>
Exposition
Parades
Anne-Charlotte Finel
Jusqu’au dimanche 7 novembre 2021

> Ouverture du mercredi au dimanche, 15h – 19h, entrée libre
sur présentation du passe sanitaire.

INSTANTS CHAVIRÉS / ANCIENNE BRASSERIE BOUCHOULE
2 Rue Emile Zola – Montreuil – M°Robespierre

Anne-Charlotte Finel, invitée aux Instants Chavirés, propose Parades, un projet spécifique conçu pour l’ancienne brasserie Bouchoule avec Luc Kheradmand (Voiski), musicien & Guillaume Constantin, artiste & commissaire de l‘exposition.

Également à écouter à L’Ancienne Brasserie Bouchoule
AUDE RABILLON
Montreuil Points d’écoute
pièce sonore – 13min36
à écouter jusqu’au 7 novembre

Derrière les micros, devant ou à côté des performances, immergée dans le tumulte urbain, la compositrice Aude Rabillon a suivi pendant 3 jours les événements de Montreuil Points d’écoute : 3 jours de concerts et de rencontres organisés par les Instants Chavirés dans le cadre de l’été culturel en juillet 2021.
Du Haut Montreuil chez nos partenaires de la Ruffinerie et du Studio Boissière, en passant par la rue de Paris et La Croix de Chavaux avec le Maad93, jusqu’à la brasserie Bouchoule, elle a accumulé les enregistrements qu’elle nous donne à entendre dans une composition partielle et subjective. Entre radiophonie et électroacoustique, avec des bouts de Basile Naudet, Luca Ventimiglia, Christian Pruvost, Félicie Bazelaire, Max-Louis Raugel ainsi que des spectateurs et des spectatrices.

>
Rappel atelier
Nous lançons une nouvelle édition de notre ORCHESTRE POUR ENFANTS. Une année autour des musiques expérimentales et/ou improvisées pour les enfants musicien.ne.s et non musicien.ne.s de 8 à 12 ans.
Construction d’instruments avec Julien Bancilhon, ateliers d’improvisation et de pratique en grand ensemble avec Bertrand Denzler + concerts en fin d’année.
Toutes les informations sont disponibles ci-dessous. N’hésitez pas à faire passer le mot.
Dernieres inscriptions possibles, n’hésitez pas à nous contacter >>>
Infos ci-dessous

Merci et à tres vite

Les Instants Chavirés

MUSIQUE/CONCERTS

samedi 02 octobre 2021
 

#Hors les murs
BE MY GHOST
DEEAT PALACE
Au Théâtre Berthelot (Montreuil)
Entrée libre

Instants Chavirés s’associe à l’ouverture de saison du Théâtre Berthelot, en proposant un concert de la musicienne montreuilloise Deeat Palace.
Également à l’affiche : Be My Ghost !

Entrée libre sur réservation auprès du Théâtre :
Par téléphone : 01 71 89 26 70
Par email : resa.berthelot@montreuil.fr

> Ce concert a lieu au >
Théâtre Berthelot – Jean Guerrin
6 Rue Marcellin Berthelot, 93100 Montreuil
Métro : Ligne 9, station Croix de Chavaux (sortie Kléber)
tmb-jeanguerrin.fr/

Début des concerts 20h30

>
BE MY GHOST

SMALL©GMEA_CNCM_Albi

Méryll Ampe, Blanche Lafuente & Violaine Lochu

À la croisée du glam cabaret, de la performance ou d’un concert mêlant rock expérimental, electro clash et noise… Be my ghost est construit comme un rêve dans lequel un personnage ne cesse de se métamorphoser. De fantôme en diva-pieuvre, de psychopathe en gymnaste, d’androïde en Marylin en passant par une déesse Oiseau aux allures d’Osiris, ce projet est nourri de référence — pour n’en citer qu’une, Le manifeste de la pensée-cyborg, de Donna Haraway, qui remet en cause les dualismes de la pensée moderne au profit d’une multiplicité ouverte. Be my ghost est engagé.e, absurde, onirique, drôle, sale, violent.e, contemplatif.ve, tendre, décadent.e…

www.violainelochu.fr/
meryllampe.com/

>
DEEAT PALACE

Marion Camy-Palou est une musicienne résidant à Paris. Consignée au sein du duo électronique Oktober Lieber et du groupe rock Officine, elle s’échappe ici solo, machines au poing, sous son aka DEEAT PALACE, s’emparant de différents genres musicaux tels que le noise, l’ambient, le club et la musique contemporaine. Nappes éthérées, rythmes obliques, sonorités club, voix se superposent dans un set électronique des plus sobre, qui convie à des transes presque dansantes.

Dans le cadre de la résidence d’artiste départementale (93) 2021 – 2022, portée par la Zone De Silence (Instants Chavirés / Coax & Sonic Protest)

soundcloud.com/deeatpalace

horaires
concert à 20h30

ARTS VISUELS/RIEN À VOIR

ARTS VISUELS/EXPOSITIONS

du 18 septembre au 07 novembre 2021
 

ANNE CHARLOTTE FINEL
PARADES


Parades / Capture vidéo / 2021

> Exposition du samedi 18 septembre au dimanche 7 novembre 2021
Vernissage samedi 18 septembre de 15h à 21h
> Ouverture du mercredi au dimanche, 15h – 19h, entrée libre sur présentation du passe sanitaire.

______________________

INSTANTS CHAVIRÉS / ANCIENNE BRASSERIE BOUCHOULE
2 Rue Emile Zola – Montreuil – M°Robespierre

______________________

Anne-Charlotte Finel, invitée aux Instants Chavirés, propose Parades, un projet spécifique conçu pour l’ancienne brasserie Bouchoule avec Luc Kheradmand (Voiski), musicien & Guillaume Constantin, artiste & commissaire de l‘exposition.

Dossier de presse à télécharger ici : IC_DP_PARADES_ACFINEL_LOW
Kit presse complet
______________________

RENDEZ-VOUS DURANT L’EXPOSITION >

Dans le cadre de la situation sanitaire liée au COVID 19, le passe sanitaire sera demandé à l’entrée de l’exposition et le port du masque souhaité dans l’exposition et pour les rendez-vous qui y sont associés.

> samedi 18 septembre – 15h/21h / Vernissage en présence de l’artiste, entrée libre.

> samedi 9 et dimanche 10 octobre 15h-19h / Portes ouvertes des ateliers de la ville de Montreuil, entrée libre.

> dimanche 17 octobre 16h-19h / Carte blanche à Anne-Charlotte Finel, projections-vidéo, programmation en cours – entrée libre, jauge limitée.

> dimanche 7 novembre – 16h/20h / Finissage de l’exposition en présence de l’artiste, entrée libre.
______________________

Parades / Capture vidéo / 2021

PARADES
Anne-Lou Vicente

Si le titre de l’exposition offre, par son caractère polysémique et pluriel, plusieurs pistes de lecture, la projection vidéo qui l’inaugure nous introduit ici sur la piste animale (1) et semble annoncer la couleur, et le mouvement.
À la fin de l’hiver, en Camargue, Anne-Charlotte Finel a filmé la parade nuptiale des flamants rose défilant inlassablement dans l’eau, dans un sens puis dans l’autre, tout en tournant frénétiquement la tête perchée au sommet de leur long et sinueux cou. La sensationnelle opération séduction en forme de ballet mécanique a l’art de combiner subtilement répétition et (dé)synchronisation : les mâles avancent groupés mais chacun n’en fait, littéralement, qu’à sa tête. Si la bande-son entraînante de Voiski (2) nous invite, ne serait-ce qu’un instant, à voir en cette troupe de volatiles acidulés se déchaînant de la sorte sur ce dance floor aquatique, une horde de teufeurs en transe, on saisit ici non seulement à quel point comportements animal et humain communiquent (3), mais aussi que machines et technologies s’insinuent dans le vivant — sans qu’il soit pour autant question de l’objectiver (4).

Sorti.e de la black box aux airs de « boîte de nuit », on déambule dans le vaste espace de l’ancienne brasserie Bouchoule que ponctuent trois modules réalisés par l’artiste (et en l’occurrence curateur) Guillaume Constantin à partir de plaques de MDF aux couleurs vives et à géométrie variable. Ces micro-architectures à échelle humaine abritent, en les préservant de la lumière naturelle des lieux, trois autres vidéos d’Anne-Charlotte Finel dont l’association fait apparaître une tension entre la couleur et une certaine obscurité omniprésente dans son travail (5), en même temps qu’elle vient faire résonner la puissance (science-)fictionnelle de métamorphose et de « sympoïèse » (6) du machinique et du vivant.

Agité par le vent, caressé par les reflets de l’eau, le plumage blanc et pourpre de flamants au repos, évoquant par moments de somptueuses renoncules aux pétales charnus et aériens, s’anime, alors qu’ici et là, un œil s’ouvre, une patte se replie ; de majestueux paons faisant la roue déploient leurs plumes frétillantes pareilles à des branches d’épineux recouvertes d’yeux (7), spectacle hypnotique ; quant aux pierres qui roulent à vitesse constante sur le tapis d’une usine à gravier, il évoque tout autant la mécanique de casse industrielle que la transhumance fébrile d’un troupeau de bisons pris en chasse, au bord du précipice.
Tels des sables mouvants, ces images à la facture résolument expérimentale et indéfinie (8) diffusent une vision trouble du réel qui tend à se transformer, s’hybrider, se reconfigurer : les règnes animal, végétal et minéral semblent se confondre et se mêler au règne de la machine, laissant entrevoir des espèces hybrides, changeantes, mutantes. Vibrations optiques et sonores, « bruits » audio et visuel se répondent. Selon un dispositif combinant diffusions localisée (aigus) et submersive (basses), l’atmosphère musicale composée de nappes sonores participe de cet état d’ébullition synesthésique et de ce processus d’incorporation des ondes qui, à mesure qu’on les perçoit et les traverse, nous traversent et nous transforment à leur tour.

D’autres images viennent convoquer plus explicitement cette alliance du machinique et du vivant et, bien que fixes, en appellent tout autant aux notions d’impermanence et de mutabilité : l’artiste dissémine dans l’espace d’exposition une série de bugs procédant d’images numériques de fleurs coupées (9) dont la robe intensément colorée se détache sur un fond nébuleux et verdâtre. Fleurs naturelles, artificielles, digitales, cybernétiques (10) ? Est-ce l’image du vivant qui entre dans la machine et l’affecte jusqu’au dysfonctionnement, comme le laisseraient entendre les origines possibles du terme bug (11), ou, à l’inverse, d’une « informatisation » du vivant ?
Quoiqu’il en soit, il est plaisant d’imaginer que pollinisation et pixellisation aient pu ici entrer en contact — fût-ce par erreur —, soulevant ainsi la question, fondamentale, des modes de (re)production, tant techniques que biologiques.
______

(1) Biches et cerfs (Entre chien et loup, 2015), chiens blancs (Molosses, 2016), araignées d’eau (Gerridae, 2020), etc. : l’artiste a souvent capté la présence animale, ne serait-ce qu’à travers ses traces (Noir goémon, 2019), et plus largement une présence — une résistance — du vivant « dans les ruines du capitalisme » (Anna L. Tsing) laissées par l’Homme, évanoui.
(2) Connu sous le nom de Voiski, Luc Kheradmand est une figure incontournable de la scène techno française et travaille en collaboration étroite avec la vidéaste depuis plusieurs années. Inutile de rappeler à quel point le contexte industriel et les machines ont informé ce mouvement musical apparu à Detroit dans les années 1980, dans le sillage des musiques électroniques, et les manières dont la créativité n’a eu de cesse d’en (dé)jouer le caractère programmatique. Lire « Échapper à la grille : une poétique de la techno », Stefan Goldmann, Audimat, n°8, 2017.
(3) Ne serait-ce que dans le rapport au sensible et le jeu des apparences, en regard du (re)vêtement comme enveloppe ornementale dont l’extériorité traduit notre intérieur, notre espèce. « [Si] chaque nature doit se faire ornement pour pouvoir consister, et n’a pas d’autre moyen d’expression que la puissance de l’ornement, la mesure de toute identité sera esthétique autant que biologique. […] est vivant non celui qui a une substance, mais celui qui ne peut accéder à sa substance propre qu’à travers une coutume (un costume), une mode. » Emanuele Coccia, La vie sensible, Paris, Payot (Rivages), 2010, pp. 134-135.
(4) « Le projet de la culture occidentale est de tout objectiver, tout connaître et tout manipuler en tant qu’objet. Pour une telle connaissance et action objective, il n’y a pas de sens à vouloir distinguer entre un objet vivant et un objet artificiel. Les deux sont « programmables » par le sujet transcendant. La convergence des deux tendances vers la programmation sera l’aboutissement du projet occidental. End game. » Vilèm Flusser, « Le vivant et l’artificiel », Multitudes, vol. 74, no. 1, 2019, pp. 199-202. https://www.cairn.info/revue-multitudes-2019-1-page-199.htm
(5) Outre les conditions de monstration de ses vidéos, un certain nombre d’entre elles ont été réalisées à la lisière entre le jour et la nuit, le manque de lumière produisant l’animation de l’image, même lorsque le plan est fixe.
(6) Cf. Donna Haraway, « Sympoïèse, SF, embrouilles multispécifiques », dans Didier Debaise et Isabelle Stengers (éds.), Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, 2015, p. 42-72.
(7) Ornant les plumes du paon bleu, les ocelles en mettent plein les yeux. Osons laisser flirter ici la technique picturale du trompe-l’œil avec les techniques animales de leurre qui sonnent, du moins en apparences, comme l’envers de la parade. « […] le poulpe aurait, à un moment donné, détourné cette capacité de faire monde avec la lumière des choses non plus seulement pour voir, mais pour ne pas être vu. C’est le camouflage. » Vinciane Despret, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, Paris, Actes Sud, 2021, p. 74.
(8) L’artiste a délibérément recours à un mésusage des techniques de captation des images, ce qui explique notamment leur aspect « grainé » et le caractère saturé des couleurs.
(9) Cette série d’images de fleurs (sans bug) est collée à même les parois en MDF des modules.
(10) On se souvient des prairies et autres forêts cybernétiques qu’évoque Richard Brautigan dans son poème de 1967 « All Watched Over by Machines of Loving Grace », décrivant l’utopie d’une cohabitation harmonieuse et bienveillante entre vivant et machines.
(11) Il circule plusieurs versions d’histoires de bugs (insectes en anglais) pris dans les relais et composants informatiques. Cela pourrait même remonter au Vibroplex Bug, clé de morse conçue au XIXe siècle par Horace G. Martin qui avait la double particularité de porter la marque d’un scarabée et de provoquer des interférences.

ALV, juillet 2021
______________________

Anne-Charlotte Finel est née à Paris en 1986 et est diplômée des Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du jury en 2010. En tant qu’artiste vidéo, elle a choisi de travailler dans un interstice permanent : « Je fais mes vidéos la nuit, à l’aube, au crépuscule et à l’heure fatidique « . Une période incertaine et mystérieuse, où tout est en suspens. Cet interstice est aussi géographique, à la limite de la ville et de la campagne, un paysage transitoire à croiser avec le regard et récurrent dans la pratique de l’artiste. Elle cherche à créer « des images s’éloignant d’une réalité trop crue, trop définie », des images lentes, presque oniriques, à la manière d’un motif abstrait.

Récipiendaire du Prix Vidéo de la Fondation François Sommer en 2015 et du Prix du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine remis lors du Salon de Montrouge en 2016, elle a présenté des expositions personnelles à la Galerie Edouard Manet (Gennevilliers), à la Galerie Jousse Entreprise (Paris), aux Ateliers Vortex (Dijon), au Centre d’art Le Lait (Albi), à The Chimney (New York) ainsi que dans cinq villes de Russie en partenariat avec l’Institut francais de Saint-Pétersbourg En 202à deux projets spécifiques ont été produits pour NUIT BLANCHE en octobre 2020 et au FRAC Nouvelle-Aquitaine Méca.
Son travail a été intégré à des expositions collectives du Palais de Tokyo, à la Synagogue de Delme, au musée du quai Branly, au MRAC, au FRAC Poitou-Charentes, aux Tanneries, au Musée d’arts de Nantes, au CAC Passerelle, au MAC Val, au CAPC, en France, ainsi qu’à l’international (Taiwan, Mexique, Australie, Hong Kong, Italie, Allemagne, Japon et États-Unis).
Elle est représentée par la galerie Jousse Entreprise à Paris et ses oeuvres font parties des collections publiques telles que le CAPC, le MRAC, le FMAC et le CNAP.

Exposition réalisée avec le soutien de la FONDATION DES ARTISTES.
annecharlottefinel.com

Parades / Capture vidéo / 2021

Pierrier / Capture vidéo / 2013

Toutes les images © A.C.Finel
Courtesy de l’artiste et de la galerie Jousse Entreprise
_____________________________L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France),
du Conseil Régional d’Île-de-France.

horaires
ouverture des portes 15h |

ATELIERS

du 27 septembre 2021 au 20 juin 2022
 

ORCHESTRE POUR LES 8 – 12 ans !
pour enfants musiciens et non musiciens
BERTRAND DENZLER

Les Instants Chavirés, en partenariat avec la Maison Populaire, le centre social Lounès Matoub et le Conservatoire à Rayonnement Départemental de Montreuil, proposent un atelier de musique en petit et grand groupe, pour enfants déjà musiciens ou non, dirigés par le saxophoniste, improvisateur et compositeur franco-suisse Bertrand Denzler.

-> construction de son propre instrument si besoin
-> (re)découverte et exploration de son instrument pour créer des sons inattendus
-> développement de techniques de jeu personnelles
-> apprentissage ou approfondissement des notions musicales, notamment lié au jeu en groupe
-> jeu en petit groupe et en orchestre mené par Bertrand Denzler
-> improvisation (dirigée et libre) et composition simple basée sur des consignes verbales et éventuellement graphiques
-> concert

Cet atelier s’adresse autant à des enfant musiciens curieux de découvrir une autre manière d’aborder leur instrument et la musique, qu’aux enfants ne jouant pas encore d’instrument mais désirant se lancer dans une aventure musicale malgré tout !

Aucun prérequis ou connaissance musicale n’est nécessaire, les enfants découvriront ensemble les musiques expérimentales, le plaisir des bruits et du jeu collectif.
Ils aborderont les notions principales du jeu en grand ensemble, ainsi que les paramètres de composition et d’improvisation de manière ludique et accessible à tous.
Ils découvriront toute la variété de sons que peut proposer leur instrument et pourront s’amuser à surprendre l’auditeur et se surprendre eux-mêmes dans ces nouvelles manières de jouer.
Ils seront conduits tout au long de l’année par Bertrand Denzler.

Cet atelier est construit de manière à pouvoir compléter un parcours de formation musicale en école de musique ou conservatoire, en ouvrant vers un autre champ musical.
Il est également pensé pour des enfants qui viendront faire ici leur toute première expérience musicale, aucune contrainte donc, à part l’envie et la disponibilité !

DÉROULEMENT :
– 3 ateliers de fabrication d’instruments pour les enfants n’ayant pas d’instrument (avec Julien Bancilhon)
– 3 ateliers de musique en demi-groupe (recherche de nouveaux sons, détournement des instruments, apprentissage des signes de conduction)
– 9 ateliers de musique en orchestre (improvisation et composition avec Bertrand Denzler)
– 1 concert en fin d’année.

© Pia Mélissa Laroche

QUAND ?
lundis tous les quinze jours de septembre 2021 à mai 2022.
de 17h30 à 19h
(+ 3 ateliers de construction d’instruments en septembre pour les enfants concernés)
OÙ ?
Aux Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir, Montreuil
M° Robespierre
TARIF
30 euros pour l’année.

RENSEIGNEMENTS / INSCRIPTIONS :
Lucas Pierrefiche
01 42 87 25 91
lucas[@]instantschavires.com

– – – –
Ce projet est organisé par les Instants Chavirés en partenariat avec la Maison Populaire, le Centre social Lounès Matoub et le Conservatoire à Rayonnement Départemental de Montreuil.
Avec le soutien du Fonds Musical pour l’Enfance et la Jeunesse – JM France et du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis (dispositif « Cap’transition »).

Instants Chavirés :
7, rue Richard-Lenoir 93100 Montreuil – France | + 33 1 42 87 25 91 | plan d’accès

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d’Île-de-France, et du concours de la Sacem et du CNV.

Instants Chavires

 


This entry was posted in Instants chavirés.

Comments are closed.