Musique contemporaine

De Doc.

Le terme « musique contemporaine » désigne, dans ce Portail, la création musicale savante depuis 1945.

Ce champ, s’inscrivant dans la tradition classique occidentale, se distingue donc des musiques populaires, traditionnelles ou actuelles telles que le jazz, blues, rock, pop, techno, etc. Toutefois, les frontières entre ces divers genres sont parfois minces et de nombreuses passerelles existent aujourd’hui entre la musique contemporaine et, par exemple, Musiques de films, de scène, etc.

L’attribution d’une date marquant le début de cette ère musicale peut paraître arbitraire mais s’explique par le besoin de renouveau dans le contexte de fin de guerre allant jusqu’à susciter une redéfinition radicale du champ musical. Ce bouleversement est rendu possible par la multitude d’expérimentations et d’inventions depuis le début du siècle tels que l’atonalité et le sérialisme, l’utilisation de l’électronique dans la lutherie (ondes Martenot, trautonium…), l’invention du magnétophone et son usage pour la musique enregistrée sur bandes, l'usage du microphone comme nouvel instrument.

De nouveaux procédés compositionnels émergent alors : l’œuvre ouverte, la microtonalité, la musique aléatoire… L’émergence puis la banalisation de l’outil informatique, répond au désir d’expérimentation et de recherches tous azimuts et contribue à éclater les genres, générant une multitude de courants et de contre-courants (retour à la consonance, voire à la tonalité, à l’instar du néo-classicisme de la première moitié du siècle).

L’étendue de la période et le manque de recul rendent difficiles le travail de catégorisation de cette musique. On peut dire, sans faire de pléonasme, qu’il existe des musiques contemporaines d’aujourd’hui, différentes d’ailleurs de celle de 1950. En effet, définir la musique contemporaine nécessite avant tout de penser cette notion au pluriel, tant le champ de création s’est élargi et est devenu éclectique, voire personnel.

Pour schématiser, on peut toutefois distinguer deux courants dans lesquels la musique contemporaine s’est développée : le premier est celui de la musique écrite, où la partition (avec ses notes, ses rythmes, ses mots ou ses graphismes) constitue encore la première fixation de l’œuvre. Le second est celui de l’exploration des sons (le mouvement phare en sera la musique concrète, puis la musique électronique ; leur conjonction s’appelant la musique électroacoustique, puis la musique acousmatique[1]).

D’autres axes traversent le domaine de la musique contemporaine, utilisant les concepts de travail sur le timbre, de spatialisation, de hasard… Une autre dimension est fournie par la musique informatique qui s’inscrit aussi bien dans l’un et l’autre de ces courants.

Ce vaste paysage, toujours en mutation, est encore voué à évoluer et l’on ne peut dire aujourd’hui ce que dans cinquante ans le terme de musique contemporaine signifiera. L’Ars Nova, autrement dit musique nouvelle, n’est-il pas un courant né au XIVe siècle ?

Notes

  1. BAYLE, François, Musique acousmatique – propositions... ...positions, Bry-sur-Marne, Paris, INA, 1993.
Outils personnels