Association pour la création et la diffusion artistique (ACDA - Centre Acanthes)

Créé en 1977 à la demande de Michel Guy (alors secrétaire d’Etat aux Affaires culturelles) par Claude Samuel, le Centre Acanthes constitue, en premier lieu, une structure pédagogique internationale consacrée à la création contemporaine - structure destinée tant aux jeunes compositeurs qu’aux interprètes du répertoire actuel. Le Centre Acanthes, qui présente au cours de chacune de ses sessions annuelles plusieurs concerts assurés par les artistes appartenant à l’équipe pédagogique mais aussi par certains stagiaires, contribue également à la diffusion du répertoire contemporain dans ses lieux de résidence successifs : Aix-en-Provence de 1977 (sous le nom de Centre Sirius) à 1986, la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (de 1987 à 2003), et Metz depuis 2004.

Afin de présenter les courants majeurs de la musique nouvelle à travers ses figures les plus représentatives, le Centre Acanthes a accueilli pendant les deux semaines de son activité, des compositeurs tels que Luciano Berio, Pierre Boulez, Elliott Carter, Henri Dutilleux, Pierre Henry, Mauricio Kagel, György Ligeti, Luigi Nono, Karlheinz Stockhausen, Toru Takemitsu, Iannis Xenakis. Au cours des dernières années, le Centre Acanthes a élargi ses activités en direction de la composition, grâce à des ateliers mettant en œuvre des formations réputées (Orchestre national de Lorraine, Ensemble Intercontemporain, Neuevocalsolisten de Stuttgart, Quatuor Arditti, etc.). De nouveaux compositeurs ont été associés à cette démarche : Peter Eötvös, Pascal Dusapin, Ivan Fedele, Philippe Manoury, Wolfgang Rihm, Salvatore Sciarrino, Marco Stroppa, etc.

Les compositeurs invités, ainsi que les responsables des ateliers instrumentaux, entretiennent des relations quotidiennes avec l’ensemble des stagiaires, grâce à des rendez-vous personnalisés mais aussi des conférences, lesquelles sont enregistrées, aujourd’hui numérisées et, par conséquent, consultables.

Les stagiaires d’Acanthes peuvent être « actifs » ; ce sont le plus souvent des musiciens confirmés, que l’on retrouve rapidement dans le circuit international de la création contemporaine ; ils peuvent être « auditeurs » et assistent à ce titre à l’ensemble des activités. Les uns et les autres constituent un groupe de 80 à 100 personnes, représentant une trentaine de nationalités. Au cours du temps, le nombre des stagiaires non-européens s’est accru, avec une présence américaine et asiatique notable.

Une politique économique incitative est menée en direction des stagiaires : frais d’inscription et de scolarité réduits et attribution de bourses largement accordées aux stagiaires actifs. Quant aux concerts publics, bien suivis actuellement à l’Arsenal de Metz, ils sont d’entrée libre. L’équilibre budgétaire d’une telle opération n’est donc possible que grâce à des financements publics croisés : ville-département-région et, pour la plus grande part, Ministère de la Culture et de la Communication. Le financement d’Acanthes bénéficie régulièrement de l’apport des sociétés de perception de droit (Sacem, Adami) et du FCM (Fonds pour la création musicale) et, plus irrégulièrement, des contributions de mécènes associés à des opérations particulières. Enfin, l’ouverture du Centre Pompidou-Metz offre de nouvelles perspectives au développement d’Acanthes ; la présence de l’Ircam et de ses célèbres ateliers informatiques en sera le premier signe dès 2010.