contemporary music

Trio «Wortschatten»

Type

sound recording-musical
 

Genre(s)

oeuvre(s) musicale(s)
 

Form(s)

concert
 

Online access

 

This resource is available on-site here: Acanthes

Identification

Title

Trio «Wortschatten»
 

Name(s)

Parra, Hèctor (compositeur)
 
Kang, Hae-Sun (violon)
 
Strauch, Pierre (violoncelle)
 
Vassilakis, Dimitri (piano)
 
Ensemble Intercontemporain - Informatique musicale Ircam-Centre Pompidou, (ensemble / orchestre)
 

Publication

Metz, Arsenal - Esplanade , Acanthes-IRCAM, 17 juillet 2004
 

Description

Abstract

Durée : 0:07:19. Hèctor Parra (Espagne) : Trio «Wortschatten» pour violon, violoncelle et piano […] die Wortschatten heraushaun, sie klaftern rings um den Krampen im Kolk. Paul Celan (Schneepart) "Wortschatten", trio pour violon, violoncelle et piano plonge dans les micro-espaces qui s’ouvrent à l’intérieur du timbre de cette formation, reliée à une longue tradition historique. En intégrant certaines techniques instrumentales liées au son dans une diction rythmique dense et articulée, les pulsions énergétiques émergeantes de l’interprétation peuvent agir sur la perception rythmico-temporelle de l’auditeur et l’émouvoir par une expérience forte des flux temporels développés par la musique. D’une certaine façon, cette pièce est à la recherche d'un éthos tragique exprimé à travers une dramaturgie spécifiquement musicale. Dans la première partie, deux conceptions du flux musical s'opposent de façon persistante : un premier flux, fluide et continu, et un second, plus suspendu et statique. Ainsi, violon et violoncelle agissent comme propulseurs du discours tandis que le piano est limité à la création d’espaces harmoniques de résonances. Le timide dialogue que cordes et piano tissent ensemble nous conduit peu à peu, après deux moments culminants capitalisés par une expansion pianistique maximale, à un final de textures extrêmes. Les rôles sont inversés : les attaques percutantes dans les graves du piano structurent un discours de plus en plus coupé et abrupt, alors que violon et violoncelle s'épuisent peu à peu dans les aigus et dans les graves extrêmes respectivement, laissant des traces éphémères des pulsions énergétiques initiales ; comme ombres de paroles tardives d'un langage toujours en train de se réécrire.
 

Localisation

Share this record

Bookmark and Share 
 

OAI identifier

 

Record date

2012-01-26 01:00:00
 

Gateway identifier

 

Contact